Le Wu Dang Qi Gong 1

Le Wudang Qi Gong 1

respiration d’ouverture : position wuji, inspir (dan tien , périnée, pointe du coccyx, 7ème cervicale), expir( de chaque côté, épaules, bras, avant-bras, lao gong, bouts des 10 doigts)

fermeture : à la fin de chaque série de mouvements,  les lao gongs captent l’énergie du ciel, elle pénètre par Bai Hue et descend jusqu’au Dan Tien inférieur.

  • Le dragon de l’inondation plonge dans la mer :

Ouverture des pieds de la largeur des épaules. Les mains tiennent un ballon, les bras montent jusqu’à la poitrine, puis les mains descendent vers la terre en fléchissant sur les genoux. Concentration pouces à l’inspir et bouts des 10 doigts à l’expir

Les effets : régularise l’énergie et le sang dans le cœur, la rate, l’estomac, l’IG et le GI. Action sur le cancer de l’estomac et des poumons.

  • L’hirondelle pourpre s’envole haut dans le ciel :

Ouverture des pieds de la largeur des épaules.  Le dos des mains viennent près des épaules, puis pousser les paumes des mains horizontalement sur les côtés. Concentration dos des mains à l’inspir et lao gong à l’expir

Les effets : régularise l’énergie et le sang dans le foie et la VB.

  • Le tigre renverse la montagne :

Ouverture des pieds de la largeur des épaules.  Dos des mains à hauteur des épaules, les paumes des mains poussent devant soi, on fléchit sur les genoux. Concentration dos des mains à l’inspir, lao gong à l’expir

Les effets : régularise l’énergie et le sang dans le cœur. Prévient des désordres cardiaques et améliore la fonction du cœur.

  • S’incliner devant le temple doré :

Ouverture des pieds de la largeur des épaules.  Ouverture dai mai, mains à hauteur des épaules, paumes tournées vers la terre, on caresse un ballon d’énergie devant soi. Concentration bout des 10 doigts à l’inspir et lao gong à l’expir

Les effets : régularise l’énergie et le sang dans les poumons et la trachée, previent l’asthme et améliore les conditions des asthmatiques.

 

  • L’aigle ouvre ses ailes :

Pieds joints, pied droit avance à 45°, poids du corps sur la jambe avant, la main droite monte paume tournée vers le ciel, main droite décrit un cercle et redescend, paume tournée vers la terre, pendant que la main gauche décrit le mouvement opposé comme les ailes d’un moulin. Même chose pour le côté gauche avec le pied gauche en avant. Concentration pouce auriculaire à l’inspir et lao gong à l’expir

Les effets :améliore la circulation de l’énergie dans les méridiens yin et yang des bras, ouvre ces méridiens, ouvre les méridiens du foie et de la VB, soulage les douleurs des épaules et du dos.

 

  • La grue blanche déploie ses ailes:

Pieds écartés un peu plus que la largeur des épaules, main gauche en haut, paume vers le ciel, main droite en bas, tournée vers la terre. La main gauche va à ming men dans le dos, la main droite décrit un arc de cercle, passe sous le bras et vient au front. La main  du haut repasse sous le bras, à hauteur de dai mai(méridien ceinture) et se retrouve paume vers le ciel, la main du bas lâche la position et se retrouve paume vers la terre. Concentration lao gong-ming men, puis 3ème œil-lao gong

Les effets : ouvre le méridien ceinture Dai Mai, soigne les douleurs lombaires , renforce les reins.

  • Regarder à droite et à gauche :

Ouverture des pieds de la largeur des épaules.  Main gauche sur le dan tien, main droite par-dessus. Main droite monte à droite en prenant de l’air par la bouche, puis expir main droite revient au dan tien, inspir remonte le long du vaisseau conception, et redescend à l’expir au dan tien. Même chose à gauche. Concentration lao gong.

Les effets : régularise l’énergie et le sang dans le vaisseau d’assaut Chong mai et le vaisseau conception Ren Mai

  • Le phénix ouvre ses ailes:

Ouverture des pieds de la largeur des épaules.  Les bras montent de chaque côté, concentration au bout des doigts, les mains viennent se placer au dessus de Bai Hue( sommet de la tête), main droite plus près pour les femmes, main gauche pour les hommes, faire un cercle au dessus et redescendre les mains le long du vaisseau conception. Concentration bout des 10 doigts, Bai Hué et lao gong.

Les effets : renforce l’énergie Yang, améliore et soigne les insomnies, améliore les états de faiblesse chroniques.

  • Drainer le triple réchauffeur:

Mains en triangle devant le dan tien inférieur, pieds joints. Monter les mains jusqu’à hauteur de la poitrine, avancer le pied droit et redescendre les mains un peu plus bas que le dan tien inférieur, puis les mains remontent à la hauteur de la poitrine pendant qu’on ramène le pied droit. Même chose à gauche. Concentration lao gong le long des 3 foyers.

Les effets : régularise l’énergie et le sang dans le foie et le méridien du foie, dans l’estomac et les intestins.

  • Drainer Du Mai et Ren Mai :

Ouverture des pieds de la largeur des épaules.  Monter les mains paumes vers le ciel, ouvrir Dai Mai. Les mains montent de chaque côté concentration bout des 10 doigts. Lao gong sur lao gong, les mains viennent frôler l’oreiller de jade 16 Du Mai, à gauche, à droite été à gauche puis redescendent le long du vaisseau Ren Mai, jusqu’au Dan Tian. Concentration petite circulation céleste, la langue est au palais.

Les effets : ouvre tous les méridiens, prévient les désordres, régularise les énergies Yin et Yang.

  • Tourner ciel et terre :

Ouverture des pieds de la largeur des épaules.  Paume gauche à hauteur du Dan Tian et tournée vers le ciel, paume droite posée sur la gauche.  Tourner les paumes l’une sur l’autre et partir à droite, vers l’arrière à hauteur de la ceinture, la main décrit un arc de cercle et revient vers l’avant pour redescendre dans l’axe du vaisseau conception Ren Mai. Ensuite même mouvement avec la main gauche et en fin de mouvement, la paume gauche se place sur la paume droite, tourner les paumes l’une sur l’autre et le mouvement repart à gauche et ainsi de suite. Concentration Lao Gong.

Les effets : détend les épaules, les coudes et les poignets, soulage de l’arthrite dans ces articulations.

  • Le dragon et le tigre se rejoignent:

Ouverture des pieds de la largeur des épaules.  Prendre un ballon à hauteur de l’estomac. Eloigner les mains à l’inspir puis les rapprocher à l’expir. Concentration lao gong et sur des fils qu’on étire quand les mains s’éloignent et sur l’air, le Qi que l’on comprime quand les mains se rapprochent.

Les effets : renforce le réchauffeur moyen, renforce l’énergie dans tout le corps.

  • La mer ondule à droite et à gauche :

Ouverture des pieds de la largeur des épaules.  Les bras sont le long du corps, un peu pliés. Paumes des mains parallèles au sol Gueule du tigre ouverte, pouce dirigé vers le haut de la cuisse. A l’inspir la main gauche exerce une légère poussée vers le sol ce qui fait légèrement tourner le buste et la tête vers la droite. A l’expir, la poussée se relâche et le buste et la tête revient de face. Concentration Lao Gong et Dai Mai.

Les effets : renforce l’énergie dans le Dan Tian inférieur et dans les points lao gong, ouvre le méridien ceinture.

  • Presser les genoux à gauche et à droite :

Ouverture des pieds position de cavalier. Les mains vont décrire un cercle qui part d’abord sur la droite, puis passe au dessus de la tête, pour redescendre vers la terre et venir presser fortement le genou droit lao gong sur lao gong sur le point 10 rate (au dessus du genou face interne). Puis repartir sur la gauche pour venir presser le genou gauche à la fin du cercle. Concentration sur les lao gongs qui captent l’ énergie du ciel et de la terre pour nourrir les genoux.

Les effets : ouvre les méridiens Yin et Yang dans les jambes, renforce les genoux et les jambes.

  • Marcher vers la mer :

Reprendre le mouvement du dragon de l’inondation plonge dans la mer et le faire en marche. Même concentration que pour le 1er mouvement en rajoutant la concentration au lao gong et au déplacement des jambes.

Les effets : mêmes que pour le 1er mais renforce en plus les jambes et les genoux.

Publicités

Etirements des 12 Méridiens

Etirement méridien de la rate-pancréas

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE,  position du cavalier), mains sur les cuisses.

INSPIR  , prendre appui et fléchir assez bas la jambe gauche, pour étirer le méridien à droite, tendre la droite en soulevant le gros orteil. Orienter le nombril puis le regard vers le gros orteil.

EXPIR relâcher, revenir au centre et faire la même chose de l’autre côté.

Etirement méridien de l’estomac

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE

inspir, faire un pas à 45° sur la gauche, le poids du corps reste sur la jambe arrière.

Joindre les mains.

expir viser ZHONG WAN, (12 VC) correspond au plexus solaire, CONCENTRATION à la pointe du pied. INSPIR Passer le poids du corps sur la jambe avant. Retourner les mains en levant les bras vers le ciel. Etirer son corps comme on bande un arc. Retourner le pied pour reposer sur le 2ème orteil (E45) EXPIR Revenir sur le pied arrière, les mains redescendent de chaque côté du corps. Ramener le pied, pieds joints.

Recommencer de l’autre côté.

Etirement méridien du poumon

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE
  • inspir les mains ouvrent le méridien ceinture Dai Mai, expir et se placent paumes vers la Terre, à hauteur des épaules.
  • Inpir : les pouces entrainent les mains puis les bras vers l’extérieur, les pouces se dirigent vers l’arrière, les bras sont ouverts en extension vers l’arrière, les pouces tendus.
  • Expir : les bras reviennent vers l’avant en relâchant, comme un fouet, le dos s’arrondit légèrement et les mains reviennent dans la position de départ.

Etirement méridien du gros intestin

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE
  • Inspir pouces et index en contact pour former une pince, les autres doigts les rejoignent. Les pinces pointent le nombril, ouvrent Dai Mai et pinces et coudes plantés en terre sur chaque côté du corps, expir
  • Inspir : la tête penchée vers l’avant, menton contre poitrine, elle roule sur le côté droit, oreille contre épaule et simultanément la pince pousse vers le côté comme si elle poussait un mur, l’omoplate se rapproche de la colonne vertébrale, le coude veut aller vers l’intérieur et le poignet vers l’arrière. Expir : relâcher et la tête revient au centre.
  • Recommencer de l’autre côté.

Etirement méridien du cœur

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE
  • Inspir : les mains ouvrent le méridien ceinture et viennent se placer devant le dan tian médian, un poignet sur l’autre, doigts vers la terre. Expir
  • Inspir : étirer l’auriculaire et monter les mains et les bras vers le haut et au dessus de la tête, comme si on enlevait un pull
  • Expir : les mains s’écartent et les bras s’arrondissent pour revenir doucement en position de départ en inversant la position des poignets.

Etirement méridien de l’intestin grèle

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE
  • Inpir :ouverture Dai Mai, les mains, paumes vers la terre, viennent se placer à hauteur des épaules. Expir
  • Inspir : petits cercles avec les mains( se concentrer sur le mouvement des omoplates) vers l’extérieur, expir quand les mains reviennent en position de départ.
  • Même chose dès l’ouverture de Dai Mai, avec des petits cercles sur l’intérieur.

Etirement méridien du rein

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE
  • Position de cavalier.
  • descendre sur la jambe gauche, la jambe droite tendue et le pied décollé pour libérer le 1rein Yongquan les mains posées au sol devant le genou et le pied.
  • Faire 3 têtes de tortue : pour les cervicales, puis pour les dorsales, puis pour les lombaires.
  • Refaire les mouvements de l’autre côté.

Etirement du méridien de la vessie

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE
  • Avancer le pied gauche, poids du corps sur la jambe arrière.
  • Mains jointes, croiser les doigts.
  • Inspir : étirer les bras vers le ciel
  • Expir : séparer les mains, laisser les bras descendre de chaque côté.
  • Mains à la taille, faire 3 têtes de tortue, petite pour les cervicales, moyenne pour les dorsales et grande pour les lombaires.
  • Enrouler le dos, amener le front vers le genou de la jambe avant, puis remonter en déroulant le dos.

 

Etirement du méridien de la vésicule biliaire

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE
  • Avancer le pied gauche à 45°, mains jointes, doigts entrelacés.
  • Inspir les mains se tournent vers l’extérieur, pivot sur le talon du pied avant, passer le poids du corps sur la jambe avant en tournant les hanches et le buste. En même temps, tirer les bras vers le ciel et l’arrière, le pied arrière met en contact avec le sol, le 4ème
  • Expir retour en position de départ, en déroulant.
  • Reprendre le mouvement de l’autre côté.

Etirement du méridien du foie

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE
  • Position de cavalier
  • Inpir : descendre sur la jambe gauche, jambe droite étirée, la main gauche à hauteur du foie, la main droite à hauteur de la cuisse.
  • Expir : en remontant
  • Même mouvement sur la fente côté droit

Etirement du méridien du triple réchauffeur

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE
  • Partir de la position du maitre du cœur
  • Inspir : tourner les paumes vers le ciel, contacter pouce annulaire, les autres doigts les rejoignent.
  • Expir : ramener les mains au dai mai
  • Inspir remonter latéralement
  • Expir : ramener les bras devant la poitrine, doigts piquant vers le sol
  • 3 inspir comprimés puis expir en montant les bras vers le haut paumes vers le ciel, et ramener les bras le log du corps.

Etirement du méridien du maitre du cœur

  • Etirement: RESPIRATION INVERSEE
  • Les bras arrondis à hauteur de la poitrine, paumes vers le Dan Tian médian
  • Inspir : tourner les paumes vers l’extérieur en étirant le majeur, les mains montent, pousser le ciel en sortant le sternum
  • Expir : ramener en position de départ en expirant bouche ouverte.

La posture de l’Arbre

Le grand ultime cultive le cinabre (position de l’arbre)

  • La posture: debout, pieds écartés de la largeur des épaules, genoux fléchis, la pointe de la langue au palais, les bras montent et les paumes des mains se placent à hauteur du Dan Tian, le regard se place à 2 mètres devant soi.
  • La concentration : respiration abdominale lente profonde et régulière, concentration sur le Dan Tian inférieur. Fermeture.

Le Wu JI

Le Wuji : L’énergie perçante de la vacuité absolue

  • La posture : debout, pieds joints, le corps droit et détendu, genoux déverrouillés, regard qui fixe un point au loin, épaules détendues, bassin positionné légèrement vers l’avant et relâché vers le bas.
  • La concentration : la pointe de la langue ne touche pas le palais, l’esprit se concentre sur la respiration naturelle, l’axe vertical du corps, le sourire intérieur.
  • Fermeture : les bras montent de chaque côté, les mains passent au dessus de Bai Hué, et redescendent dans l’axe central du corps, en se concentrant sur les 3 Dan Tian, et jusqu’à la plante des pieds.

Le YIN/YANG

Le YIN/YANG

 

Tout peut être classé selon la théorie du Yin et du Yang. Par exemple, le féminin est yin et le masculin est yang; la nuit est yin, le jour est yang; la faiblesse est yin, la force est yang. Le concept du Yin et du Yang symbolise les deux forces opposées présentes en chaque être vivant.

.

C’est l’interaction de la totalité du Yin et Yang qui a donné la vie et lui a permis de se développer.

.

Le modèle du Yin et du Yang permet de rendre compte de la naissance, du développement, du déclin et de la renaissance de toute chose créée.

.

Le Yin et le Yang sont deux expressions d’une même réalité, ils sont inséparables tant que dure la manifestation ; s’ils se séparent, c’est la fin de cette manifestation.

.

La représentation du Yin et du Yang est un cercle et une ligne courbe séparant le Yin et le Yang, suggérant qu’ils sont tous deux produits et contenus dans la rondeur.

.

La ligne harmonieuse qui les sépare indique qu’ils interagissent sans heurts et efficacement. Le Yang extrême faiblit et évolue en Yin d’abord faible, puis en Yin extrême avant de devenir, à son tour, Yang. L’un évolue en l’autre et vice et versa, continuellement, sans interruption. Le Yin, à son apogée se transmute en Yang. Le Yang à son apogée se transmute en Yin. Ainsi la nuit succède au jour, le froid au chaud,le repli sur soi à l’extraversion, et la mort à la vie.

.

Un petit point de Yin est placé au centre de la plus importante concentration de Yang, et inversement, un petit point de Yang se trouve au milieu de la plus grande concentration de Yin.

.

  Cela signifie qu’il n’existe ni Yin absolu, ni Yang absolu. Le Yang renferme toujours un peu de Yin, et réciproquement

Histoire du Qi Gong

Le terme « Qi Gong » est seulement utilisé depuis les années 50 en Chine, pour qualifier l’ensemble des techniques énergétiques.

Parfois, nous pouvons le retrouver sous le terme plus occidental de « gymnastique de santé chinoise ».

Le Qi Gong regroupe des centaines d’enchaînements, issus de plus de 2500 ans d’histoire, qui se sont transmis de génération en génération de manière secrète au sein des familles chinoises.

Nous pouvons trouver 4 courants principaux qui retracent l’histoire du Qi Gong :

  • le Taoïsme

  • la Médecine traditionnelle chinoise

  • le Bouddhisme

  • les Arts Martiaux

1. Qi Gong et Taoïsme

Tout démarre au 7ème siècle avant notre ère, avec le livre des transformations « le Yi Jing » qui est le plus ancien ouvrage de sagesse chinoise, et qui décrit huit trigrammes représentant les étapes de bases de toutes les transformations du Yin et du Yang.

Les 8 trigrammes sont le ciel, la terre, le tonnerre, la montagne, le vent, l’eau le feu et le lac.

Il donne naissance à l’école de la « Petite circulation céleste » qui consiste en un travail sur le cycle du Yang et du Yin qui parcourt les méridiens du Vaisseau Gouverneur (Du Mai) et du Vaisseau Conception (Ren Mai).

L’école Taoïste naît au 6ème siècle avant notre ère avec Lao Tseu, qui est considéré comme le fondateur, Tchouang Tseu, et Lie Tseu qui ont délivré l’essence du taoïsme.

Le Taoïsme peut être considéré comme une philosophie, une « voie » qui permet à l’homme d’accomplir sa destinée en trouvant l’harmonie, la nature et le ciel, quelle que soit sa condition. Par la pratique d’exercices pour purifier le corps, régulariser l’esprit et la respiration, le Taoïsme apprend à l’homme à libérer l’esprit des soucis, ordonner l’énergie et suivre avec le corps la voie céleste.

Le Taoïsme se développe au 2ème siècle après J.-C., et c’est avec Ge Hong, médecin et maître taoïste, qu’apparaissent « les principes pour nourrir la vie et accroître la longévité », ainsi que la présence des 3 Dan Tien. Par un travail sur la respiration profonde et la conscience des 3 Dan Tien, on peut amener la pratique à un niveau plus élaboré.

« L’alchimie interne », véritable pratique taoïste, s’oriente vers la recherche de l ‘immortalité. On peut considérer « l’alchimie interne » comme un mécanisme énergétique interne qui cherche à inverser le processus de vieillissement par une sorte de transmutation en retrouvant et en faisant vivre ce noyau d’immortalité que chacun possède.

Dans toutes techniques taoïstes, on retrouve les 3 fondements de l’énergétique permettant la vie :

  • le Jing (l’essence)

  • le Qi (le souffle, l’énergie)

  • le Shen (l’esprit)

Les étapes sont :

  • Nourrir le Jing

  • Le Jing se transforme en Qi

  • Le Qi nourrit le Shen

2.QI GONG ET MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE

C’est entre le 5ème et le 2ème siècle avant notre ère qu’apparait, de manière manuscrite, plusieurs chapitres consacrés aux exercices de santé qui seront la base, plus tard, du « Qi Gong Médical ».

Ces méthodes de base sont au nombre de trois :

  • Le DAO YIN : ensemble de mouvements pour conduire l’énergie et soigner les maladies.

  • Les AN QIAO : exercices d’automassages pour faire circuler l’énergie.

  • Le TUNA : Méthode de respiration pour capter la quintessence de l’énergie pure de l’extérieure et chasser les énergies perverses ou impures du corps.

Ces 3 méthodes sont utilisées en association avec les autres techniques de la Médecine traditionnelle chinoise pour soigner les maladies, surtout sur un mode préventif.

C’est à cette période aussi que les 3 principes du Qi Gong sont définis :

  • Régulariser et équilibrer le corps

  • Régulariser et équilibrer la respiration

  • Régulariser et équilibrer l’esprit

Pendant tout le 2ème millénaire, les techniques pour faire circuler l’énergie se répandent et s’associent au développement de la Médecine traditionnelle chinoise. Ainsi le Dao Yin, très utilisés par les médecins de l’époque, sert à faire circuler l’énergie et le sang, à renforcer et à assouplir les articulations.

Il régularise les 5 organes et les 6 entrailles en mettant en relation les mouvements avec la circulation de l’énergie dans les 12 Méridiens et en harmonisant les 4 membres et les 7 orifices.

Il est utilisé à titre préventif et thérapeutique.

3.QI GONG ET BOUDDHISME

Le Bouddhisme pénètre en Chine dès le 2ème siècle après J.-C., avec des courants venant de l’Inde et du Moyen-Orient. Il prône la voie du juste milieu et de la compassion pour les êtres, car en harmonisant l’accord entre le corps et l’esprit, l’être intérieur s’éveille et se libère des passions et de l’ignorance, causes des souffrances de la vie.

La méditation est associée à la pratique di Qi Gong.

La méditation Chan (nommée Zen au Japon) s’explique par une pratique, en cours de méditation, où l’on compte son nombre de respiration pour faciliter la concentration et l’état d’éveil intérieur.

La méditation de l’éveil se développe avec l’arrivée de Bodhi Dharma (moine bouddhiste d’une haute lignée indienne), au 6ème siècle. Il séjourna au monastère de Shaolin où il transmettra la technique de la méditation de l’éveil (méditation Chan) tout en mettant au point plusieurs méthodes de gymnastiques énergétiques qu’il enseignera aux moines ( Yi Jin Jing, Ba Duan Jin…)

4.QI GONG ET ARTS MARTIAUX

C’est au 7ème siècle qu’apparait le Qi Gong « martial » grâce à l’enseignement de Bodhi Dharma que l’on nommait le moine « Damo », aux moines du temple Shaolin.

De cet enseignement naissent d’une part le style « externe » porté par le temple Shaolin et d’autre part le style « interne » porté par le temple de Wudang.

Ces deux grandes origines de l’art martial se développent et se ramifient au cours des siècles et ont donné tous les styles que l’on connait aujourd’hui et qui sont regroupés, en Chine, sous le nom de Wushu.

A partir du 15ème siècle, le Yin Jin JIng et le Ba Duan Jin servent de bases de travail pour la pratique des Arts Martiaux avec chacun sa spécificité :

  • le Yin Jin Jing pour renforcer l’énergie interne afin de développer la puissance extérieure

  • le Ba Duan Jin pour assouplir et renforcer plus spécialement les articulations et les tendons.

En associant ses méthodes à la pratique de l’art martial, il est possible de développer la force intérieure et la résistance et aussi éviter des blessures et traumatismes pouvant survenir lors de la pratique ; l’énergie nourrissant et protégeant les muscles et les articulations.

Le Qi Gong dit « dur » montre une très grande maîtrise de l’énergie ; après une pratique sérieuse et profonde, il est possible pour les pratiquants de concentrer leur énergie dans une partie de leur corps (main, tête, ventre…) pour produire des phénomènes tels que casser des briques avec la tête…

Le « Nei Gong » ou travail interne, est un travail énergétique dans la pratique de l’art martial.

Il est composé de 3 aspects principaux :

  • Zhan Zhuang : travail statique en position debout visant à tonifier l’énergie.

  • Respiration profonde : elle est souvent de type abdominale inversée, et elle favorise la concentration et la maîtrise de soi.

  • RouShu  (travail en souplesse) : il s’agit d’équilibrer et d’accorder parfaitement la souplesse du mouvement avec la manifestation puissante de l’énergie. Ce travail est le plus profond et le plus difficile dans l’apprentissage de l’art martial. Sa maîtrise permet de passer du repos à l’action brusque. « Il permet au maître d’être serein et imprévisible en toutes circonstances ».